Débuter la piste ? OK, mais avec qui ?

Les petits rigolos vous diraient sans doute « avec une moto ». Mais comme on est des gens sympas, malins, et qu’on a déjà parlé du sujet du choix de la meule dans cet article, on va plutôt essayer de vous raconter quelle est la bonne façon d’apprendre la piste quand on veut se lancer en toute sécurité et avec plaisir !

De l’importance d’apprendre !
Commençons par la BASE !
De la même façon que vous n’avez pas appris les maths tous seuls, ni à conjuguer les verbes irréguliers en allemand par l’opération du saint-esprit mais avec des professeurs, la piste doit être abordée avec des pilotes, coaches ou professionnels !

Eh oui, contrairement à ce que l’on peut imaginer parfois, la piste n’est pas une affaire de vissage de poignée à fond, mais bien un sport où il y a des règles essentielles à maîtriser :
– la position du pilote sur la moto, en ligne droite, en virage, en freinage, …
– les trajectoires, les points de repère de freinage, accélération, déclenchements etc.

Les objectifs ? Gagner du temps et rouler en toute sécurité !
Laissons les z’animaux adeptes du vroom vroom en l’air faire les andouilles aux feux rouges, et restons entre gens civilisés et sportifs !

Et on oublie du coup directement les rouges gratuits organisés par exemple au circuit Carole (93) car le niveau y est très hétérogène et donc un peu dangereux parfois, et que personne ne sera là pour vous corriger et assurer votre progression en sécurité !

Alors pour débuter, on choisi idéalement un stage avec une école de pilotage, sur un circuit adapté (en deux mots, le premier qui veut essayer de se lancer en piste tout seul et à Spa-Francorchamps, il va soit se faire peur, soit se faire mal, soit les deux ..!)

De mon côté, j’ai découvert la piste avec la De Radiguès Riding School et ses instructeurs de grand talent !
Des instructeurs qui ont appris à apprendre et qui sont formés pour transmettre mais aussi de grands pilotes ! Citons par exemple Cédric Tangre, Robin Camus, Axel Maurin, Stéphane Coutelle dit Telcou de Moto-Journal, Eric Mizera, Bruno Destoop … Vous ne rêvez pas : sur piste vous allez rencontrer les icônes et pilotes incroyables que vous matez chez vous dans les journaux ou à la TV !

Pour l’anecdote, la première fois que j’ai vu un circuit moto, encore avec mon casque qui me tombait sur les yeux et ma combi trop grande flambant neuve, j’ai été initiée par Cédric Tangre lui-même, multiple champion de France, pilote du championnat du monde de superbike, coureur des 24heures du Mans et pilote du Junior Team ! Oui oui, il claquait des chronos impensables avec le coude par terre mais m’a expliqué avec un petit groupe de 6 ou 7 pilotes comment me tenir sur la moto ! Et ça, c’est franchement trop cool !

L’humilité pour progresser
Et même lorsque vous aurez un peu plus de niveau et d’assurance, si vous pouvez aller rouler avec des copains ou lors de roulages libres, les stages et formations sont là pour vous aider à perfectionner votre pilotage, et vous faire passer des paliers de progression !
Malgré ma pratique de la piste régulière, je saute sur la moindre occasion d’un stage ou d’un coaching, et c’est je pense la meilleure façon de progresser vite et bien !
Eh oui : comme dans tout sport, le secret de la progression, c’est la pratique, le travail et l’écoute des meilleurs que nous.
Demandez à la belle et talentueuse Lil’Viber #14, Aurélie Hoffman, qui a des chronos de malade avec sa belle Panini : elle est aussi en stages et formations plusieurs fois par an !

 

Mine de rien, il faut des neurones !
Eh oui ! Les instructeurs vous donneront aussi les clés pour apprendre par vous même et progresser de votre propre chef : comment analyser un plan de circuit, comment travailler le chrono mental, faire la liste de ses points de repères sur un plan papier, découvrir et comprendre un circuit en le faisant à pieds …
A ceux qui pensent que la piste est un truc de brute épaisse qui a laissé son cerveau dans son top-case, je dis STOP ! Les grands pilotes – auto comme moto ! – sont des gens brillants.
Un grand monsieur de la course auto disait un jour que la force et l’avantage de Sébastien Loeb – en plus de sa technique unique et d’une voiture superbement préparée – c’est sa capacité à prendre les (bonnes) décisions une fraction de seconde plus vite que ses concurrents. Oui, pour conduire ou piloter vite, il est essentiel d’être un peu futé 🙂 Ouf !

Encore un truc qui va me coûter un bras ?
Oui, les stages sont plus chers que les roulages. Mais permettez moi quand même quelques précisions :
– votre vie, santé et intégrité physique sont au-dessus de tout je pense. Chacun son point de vue mais je pense irresponsable de se lancer dans un tel sport sans formation ;
– quand on voit le prix d’une machine et de l’équipement, je vous assure qu’il vaut mieux rouler propre et bien formé que d’acheter un casque par mois ; il vous coutera moins cher de payer un stage que de changer de carter et de fourche ;
– citez-moi un sport qui ne coûte rien ;
– de très nombreux organismes offrent des systèmes de cagnottes pour payer les formations ; pour ne pas vous ruiner, demandez par exemple à mamie Claude de mettre un petit quelque chose dans un pot commun pour aller rouler, au lieu de vous envoyer un énième pull en laine pour votre anniversaire 🙂

Et pour vivre des roulages de rêve ?

Vous voulez l’adresse d’une organisation au top sur les plus grands et beaux circuits d’Europe ? C’est sans hésiter EYBIS qu’il faut appeler ! De Spa-Francorchamps à Brno, en passant par Dijon-Prenois, Magny-Cours, le Paul Ricard ou Portimao, vous allez voyager sur les plus belles pistes de vitesse, format XXL ! Au delà du fait que l’organisation soit toujours irréprochable et que la bonne humeur soit toujours au rendez-vous, vous pourrez louer une machine de rêve (un partenariat avec BMW Motorrad fait qu’EYBIS roule sur des BMW S1000RR magiques !) ou même rouler avec des pilotes top mondiaux (et top sympas !) comme Kenny Foray ou des champions comme Troy Corser ..! Oui, oui !

Petit plus : oubliez le café-chaussette, avec EYBIS, le détail qui tue, c’est le café de rêve qui sort d’une machine JURA de compétition 😉 Nos amis Nespresso et Georges n’ont qu’à bien se tenir !

Avec une formation et un accompagnement, la piste s’ouvre à tous !

Allez, on se lance, on découvre, avec plaisir et sans aucune appréhension !
Alors, à très vite sur piste ? 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s