Commencer la piste ? OK ; mais sur quelle machine ?

Vaste sujet, avec deux manières d’aborder le problème. Soit on verse dans la légendaire mauvaise foi motarde et nous finirons cette discussion autour d’une superbike (je ne sais pas vous, mais j’aime bien cette option .. !) qui ne sera jamais aussi aboutie que la prochaine qui sortira, soit… on la joue honnête et réaliste (bon, moins exclusif mais tellement plus efficace pour vous donner les vrais bons outils pour démarre la piste .. !).

Faisons ça : on commence avec un brin d’honnêteté. On s’est tous déjà fait pourrir par un CB500 ou un SV650 des familles, piloté de main de maître par un(e) de ces motard(e)s qui vous donne l’impression que c’est facile… C’est bien la preuve que pour débuter – et jusqu’à assez tard d’ailleurs – nul besoin d’un missile balistique. Bien au contraire, le pilote fait l’essentiel !

IMG_0676

Alors, pour se lancer, on fait comment ?

La piste, c’est deux bases essentielles : la bonne position + la bonne trajectoire. On reviendra plus tard en détails sur le « comment et avec qui » mais parlons déjà du matos minimum syndical pour s’aligner sur une pit-lane, avec le sourire et en sécurité !

Du coup, par quoi on commence ?

A priori – et idéalement pour être serein en cas de rencontre avec le bac à graviers – par une machine d’occasion. Entre 3 et 4.500€ (voir moins !) vous trouverez une multitude de machines aptes à la tâche ! Fuyez les 1000 et autres machines de guerre et concentrez-vous sur un roadster de moyenne cylindrée ou une 600 Supersport qui aura l’avantage de vous garantir quelques bonnes années de plaisir.

En ce qui me concerne, j’ai fait mes premiers tours de piste au guidon de mon ex fidèle Yamaha MT07 (et qui me maaaaaanque ! On ne devrait jamais avoir à vendre une machine .. !) pour rapidement passer sur la belle Brittie, pardon, je veux dire sur ma Triumph 675 Daytona, ma bécane de cœur. Ça m’a permis d’avoir les bases sur une machine agile, joueuse, avec du couple mais tout en restant en sécurité ! Elle m’en a pardonné, des erreurs, ma MT .. !

Le but est donc de trouver une machine fiable, qui vous plaise, et sur laquelle vous vous sentez bien (ce dernier point est même primordial pour les gabarits atypiques, n’est-ce pas Nico?!…)

OK, j’ai la meule ! Et ensuite ?

Une fois la monture trouvée, il convient de la protéger (comme vous d’ailleurs, mais ça, on en parle la prochaine fois, autour d’une mousse fraiche ou d’un Coca-rondelle !)

Tampons de protection de cadre, pare carters, leviers repliables, demi-guidon / guidon spécifiques et, si vous en avez les moyens un « poly » (éléments de carrosserie en fibre de verre venant remplacer les plastiques d’origine). Ces dépenses sont destinées à vous en éviter d’autres, plus onéreuses, par la suite. Il est inutile d’en faire plus, cette machine est destinée à… tomber et ça ne doit pas vous fendre le cœur ! (c’est comme le baptême de combinaison neuve, c’est fait pour que vous n’ayez pas de scrupule à tomber ensuite avec). Parce que oui, oui, oui : une petite glissadounette arrive parfois vite .. !

Bon, et c’est tout ?

Cela dit, une fois protégée, assurez-vous de lui fournir un entretien préliminaire adapté.

Mine de rien, vous allez lui en mettre plein les pistons à votre titine, alors il y a quelques étapes à ne surtout pas négliger pour que ce ne soit pas elle qui vous refasse le casque !

  • Démarrez la saison avec une moto vidangée, bougies et filtres (air et huile) changés c’est un minimum.
  • Faites réviser votre fourche (changement de l’huile et des joints spi) ne coute pas bien cher et fait des miracles.
  • Un kit chaine en bon état et des souliers neufs
  • Et une petit check du freinage (parce que ne vous déplaise, freiner n’est pas que pour les poules mouillées .. !) : des plaquettes et du liquide de frein adapté neufs, des durites aviation et un changement des joints de pistons d’étrier et là, je vous assure que vous aurez un très bon freinage, fiable et endurant pour un prix tout à fait acceptable.

Il est toujours possible de faire mieux, mais l’idée c’est de commencer la piste avec un budget maîtrisé et là… c’est le cas.

J’ai tout bien fait : en voiture, Simone !

Ah oui, le détail logistique de la fin.

Si vous arrivez directement sur piste sur votre machine de route, pas de sujet. Mais si vous la baladez sur une remorque ou en camionnette, je ne saurais trop vous conseiller d’acheter des béquilles d’atelier avant et arrière ainsi qu’une paire de couverture chauffantes… !! Cet équipement est un petit miracle en soi. Loin d’être dédiées aux pilotes chevronné(e)s, les « couvs » vous sauveront de la sainte gamelle du premier tour (pneus froids) et vous feront économiser de la gomme !

Comment ? Vos pneus s’usent plus fortement quand ils sont froids et en phase de transition de température. Mais quand ils sont à température de fonctionnement, ils s’usent nettement moins. Dois-je vous rappeler le coût d’un train de pneus ? Vos couvertures seront rentabilisées dans l’année croyez-nous 😉

couvertures chauffantes
L’autre avantage des couv’ ? Après un petit run frisquet, tu te réchauffes les mains ni vu ni connu !

Voilà, vous savez tout !

Vous aurez noté que, malgré ce package « minimum » c’est déjà un budget et ça ne s’améliorera pas avec vos progrès car il y a de grandes chances pour que vous en vouliez toujours plus. Mais si ces quelques conseils vous ont été utiles et vous ont aidé à mettre le pied à l’étrier, cela suffit à notre bonheur !

Allez, on se lance ! La piste, c’est triple chouette, et vous y rencontrerez plein de copains encore plus chouettes !

Bisous à tous et à très vite sur circuit du coup ! 😉

11312991_10206154596279510_5266970501664740837_o
Ce coup-ci, pour de vrai, en piste !

4 réflexions sur “Commencer la piste ? OK ; mais sur quelle machine ?

  1. Super article !J’ai eu l’occasion de te rencontré au 24h du Mans moto la semaine dernière. Ton discours durant une discussion dans le showroom spéciale motarde m’a motivé à franchir le cap.
    Apres le supermotard et le trial, je me prépare un cbr 600 pour démarrer sur la piste.
    J’ai hâte d’attaquer les premières courbes, et sûrement les premières gamelles.
    Merci d’avoir pris le temps durant les 24h du Mans moto de partager ton expérience.
    A bientôt sur les circuits !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s